L’export ; relais de croissance des entreprises tournées vers l’international

Facebook Twitter Google+ Linkedin email

En l’absence de politique volontariste, de connaissance des techniques du commerce international, les chefs d’entreprises hésitent à se lance… A tort ! L’export est un levier de croissance statistiquement éprouvé.

Selim HAFSIA, actuellement en Master d’Economie International, Europe et Développement & Jean-Marc Sala CCI Centre International

Selim HAFSIA, actuellement en Master d’Economie International, Europe et Développement & Jean-Marc Sala CCI Centre International

Une étude, menée par Selim HAFSIA, actuellement en Master d’Economie International, Europe et Développement et stagiaire à la CCI, a permis d’observer, d’analyser le développement d’entreprises « Primo exportatrices » et « Exportateurs Expérimentés » du département.
Elle recense les freins rencontrés par les entreprises dans leur développement à l’export et permet de leur proposer un soutien répondant à leurs besoins.

L’analyse porte sur des entreprises créées dans l’Indre, n’appartenant pas à un groupe et actives à l’export.
Le questionnaire aborde les facteurs d’un développement à l’international, l’état des lieux ainsi que les politiques mises en œuvre, et les perspectives d’activité.

Les principaux facteurs et motivations pour l’internationalisation

La demande de « savoir-faire français, de produits made in France » émanant des marchés étrangers, l’opportunité de « se positionner sur de nouveaux marchés« , la volonté « de ne pas dépendre du marché français » constituent les éléments qui incitent ces entreprises à s’internationaliser. Se confronter à l’international représente un défi pour beaucoup, et « nécessite la mise en œuvre d’une stratégie » ; certains ont donc perçu la démarche comme « un risque potentiel« . La plupart, de ces entreprises n’étaient pas structurées pour trouver des débouchés à l’export, si certaines ont « bénéficié de l’aide de clients importants« , dans la majorité des cas, ce sont les dirigeants qui ont « impulsé une dynamique, assuré le développement à l’export » au sein de l’entreprise. Initier une telle démarche implique de surmonter des obstacles et des freins (« financement, barrière de la langue, formalités, réglementation, adaptation aux marchés, logistique, gestion du risque d’impayés voire protection de savoir-faire et produits….« ).

L’international est désormais un levier stratégique déterminant

C’est la volonté de ne pas dépendre d’un marché unique qui conduit les entreprises interrogées à franchir le pas. Face à un environnement très concurrentiel, au manque de lisibilité, les dirigeants sont dans l’ensemble préoccupés (« les affaires sont compliquées…, tout bouge très vite…, il faut-être vigilant…« ), toutefois, ils s’accordent à reconnaître que « l’innovation, l’international sont des vecteurs de croissance » permettant de sortir du marasme provoqué par la crise. Malgré un contexte difficile, les entreprises « Primo exportatrices » et « Exportateurs Expérimentés » du département affichent un certain optimisme : elles prévoient de « maintenir ou augmenter leurs activités à l’international« , certaines projettent d’investir et embaucher car elles ont « l’intention de se développer sur de nouveaux marchés », elles envisagent de recruter entre 30 et 40 personnes d’ici 5 ans.
Cette étude évoque également les attentes des entreprises du département en matière d’appui : « avoir un contact avec d’autres entrepreneurs – participer à des missions vers le grand export – une présence française plus active à l’étranger – plus de contact entrepreneurial dans les pays étrangers – une meilleure liaison avec les partenaires de l’export…« . Via CCI Centre International, la CCI de l’Indre propose de multiples services et dispositifs adaptés à l’avancée des projets d’entreprises.

Remerciement aux dirigeants qui ont pris le temps de répondre à cette enquête.

Mots-clés :

0 avis • Donnez le votre

Le dépôt des avis est fermé.