Relance de l’apprentissage, les aides financières à l’embauche renforcées

Facebook Twitter Google+ Linkedin email

Pour faire face à la crise économique suivant la crise sanitaire du Coronavirus COVID19, le gouvernement a annoncé jeudi 4 juin le lancement d’un plan massif pour relancer l’apprentissage dans les entreprises qui faute de visibilité hésitent à s’engager.

Formation par apprentissage et professionnelle – CCI Campus Centre – Crédit photo Adobe Stock / Fizkes

Une aide de 5000 à 8000 euros par apprentis pour les entreprises

La crise sanitaire, et le confinement généralisé, qui ont impacté les TPE et PME, laissent augurer d’une chute des offres d’apprentissage, et d’une baisse des embauches en alternance pour la rentrée, renforçant ainsi l’inquiétude des jeunes face à l’insertion professionnelle. Ces dernières semaines, plusieurs propositions ayant pour objectif de sécuriser le parcours des apprentis, consolider le financement de leurs parcours, et aider les entreprises à les accueillir, avaient été présentées par CCI France.
Dans ce contexte tendu pour les entreprises et les jeunes, l’exécutif a décidé d’activer certains leviers pour la relance économique et l’emploi. Ainsi les entreprises qui recruteront un apprenti du 1er juillet 2020 au 28 février 2021 bénéficieront d’une aide élargie à l’embauche de 8000 € pour les majeurs et de 5000 € pour les mineurs.
D’autres mesures figurent dans ce plan d’urgence : l’aide à l’embauche sans condition pour les entreprises de mois de 250 salariés (celles de plus de 250 salariés devront avoir un minimum de 5% d’alternants d’ici 2021 pour en bénéficier), l’allongement de 3 à 6 mois de la durée de recherche d’un contrat d’apprentissage, et le soutien financier (à préciser) au premier équipement numérique et informatique (ordinateur portable, tablette).

Le réseau des CCI appelle à aller plus loin

Avec cette aide nouvelle exceptionnelle, l’embauche d’apprentis représentera un coût quasi nul pour la première année. L’objectif de ces mesures est de stabiliser un niveau d’embauche d’alternants au niveau historique atteint en 2019. Si ces premières annonces vont dans le bon sens pour faire en sorte que l’apprentissage reste une voix d’excellence pour tous les métiers et niveaux de formation, elles excluent, toutefois, les parcours postbac+3 (master, diplôme de grande école et/ou d’ingénieurs), ce qui peut avoir un impact négatif en matière d’ouverture sociale pour les apprentis de l’enseignement supérieur (ayant besoin d’une alternance pour financer leurs études), mais aussi un impact en matière de dynamique d’innovation pour les PME de secteurs touchés par la crise comme l’aéronautique, l’automobile, la mécanique…
Le réseau des CCI reste mobilisé pour le développement de l’apprentissage, le soutien de la formation professionnelle, et l’appui aux entreprises, notamment durant cette phase de relance.

Mots-clés :

1 avis • Donnez le votre

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *